RURBAIN

by la Souterraine

/
  • Digital Album
    Streaming + Download

    Includes high-quality download in MP3, FLAC and more. Paying supporters also get unlimited streaming via the free Bandcamp app.
    Purchasable with gift card

      name your price

    You own this

     

1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
17.
18.
19.
20.
21.
22.
23.

about

STRN-212

Pochette par anaisrallo.com

On nous demande tellement comment on fait nos sélections des productions qui figurent sur nos compilations qu’on finit petit à petit par y répondre. Alors oui il y a la langue – sur RURBAIN la première chanson Souterraine interprétée en « créole réyoné » (de la Réunion), il y a la provenance – 13 artistes sur les 22 présents ne sont pas parisiens – et le genre (sur Musiques des Ponts et Chaussées, il y a plus d’interprètes femmes qu’hommes, sur RURBAIN, moins, on fera mieux la prochaine fois). Surtout, on cherche l’hybride dans la chanson, le twist qui dépasse le strict genre de la Chanson – le style en somme. Ainsi, on est bien content d’avoir sur RURBAIN des grooves maloya et seggae, au moins 3 ballades spectrales, de l'autotune sur un bon tiers des chansons, des tubes d’indie pop zoukée et.ou chaloupée, du reggae digital, du bon rap sale marseillais et son pendant adolescent en plein essor, de la basse slappée et du saxophone, des chansons d’on ne sait où et d’on ne sait quand, du disco de griot, et plus globalement, de l’engagement.

Il y a un an, Qobuz avait tenté la première analyse esthétique d’un volume de la Souterraine (Générale de Chauffe, ici www.qobuz.com/fr-fr/info/actualite/video-du-jour/la-chanson-souterraine180909), et y avait observé sa propre « moralité : cette compilation est certes le témoin d’une génération « relativement heureuse » (pour reprendre le titre de la chanson de Raphaël Guattari), mais elle exprime son désarroi avec une extase musicale toujours créative et non dépourvue d’humour ».

Aussi, RURBAIN, c’est un néologisme de géographe qui dit l’urbanisation du rural. On attend maintenant la Victoire de la Musique catégorie rurbaine.

+++++

COEFF (Caen), les 2 frères-hyènes de Caen, jouent à hanter leur rap attentat façon zombies du micro d’argent, avec engagement – cf. les paroles propices à un jugement en comparution immédiate.

JESSICA PERSÉE (la Réunion) a le profil idéal du tube de chanson Souterraine de 2019 : autoproduit en 1997 à Strasbourg par une famille réunionnaise et avec a priori Bireli Lagrene à la basse, chantée par une jeune fille de 15 ans, l’incroyable Jessica Persée - il faut absolument écouter cette fraîcheur pleine d’espoir enragé. Les paroles sont sociales - et nous donne envie d’apprendre le créole : « Li sèm li sèm li sèm li récolt pa », « La tèr la offre nout toute un ti karé, il fau nou respect la société ». On a contacté avec insistance Jessica et son entourage sans succès, donc si vous entourez Jessica, écrivez-nous !

La musique de LÉONORE BOULANGER (Paris), membrane du label collectif le Saule (lesaule.fr), est unique. Personne d’autre ne joue ça. À 19 secondes un beat polyrythmique au groove de dingue se lance, et s’arrête 4 secondes plus tard. Puis revient une minute plus tard, pour 7 secondes. Entre temps et ensuite, c’est rempli d’harmonies progressives et anti-progressives – et quand vient l’accalmie au niveau de la musique, et on comprend enfin le texte : « qui sont vos amis, sont-elles, sont-ils tels que vous ? tels que nous ? ». On chavire alors.

Mince, on a croisé JÉRÔME LAPERRUQUE (Paris) tellement souvent lors d’un spectacle dit vivant (avec O – Olivier Marguerit dernièrement) qu’on est ravi d’accueillir enfin sa première compo – et forcément elle zouke tellement.

PIN (ex-Ludo du même nom) lui la joue groove de l’Océan Indien de Sarcelles via Montréal (il y vit depuis longtemps) avec sa fin du monde en chanson. Où comment la simplicité volontaire s'exprime dans le pacifisme radical.

En marge de son activité de batteur de Tame Impala, le futur père JULIEN BARBAGALLO (Melbourne / Albi) penche lui aussi pour la chanson pop pacifiste un chouia métaphysique – c’est aussi un fil rouge esthétique de la chanson Souterraine, le pacifisme : « Tout ce dont je rêvais / C’était trouver la paix ». On y retrouve la chaloupe caractéristique de son groove occitan.

Qui dit Barbagallo dit aussi Toulouse, et qui dit Toulouse dit EDDY CRAMPES, le King pour certain, qui prépare la mixtape de l’année avec ce D’ailleurs trouvé dans un livre de poésie, appliqué à des airs de cumbia démoniaques et un brin tordus. Le poète est en forme, il prépare TRANSPIRE, son spectacle vivant de remise en forme, donc, pour la rentrée, et vient montrer ses productions actuelles avec pas mal d’invitées au 1999 à Paris le 22 juin : viens.

En bootleg pour l’été, on est tombé sur ce mashup de ouf, hymne périurbain total construit par CERF D’ASSAULT, mêlant 2 numéros 1 du top 50 produits à 45 ans d’écart, parfait pour ambiancer vos barbecues estivaux autour de la piscine.

E2OR (92, les Hauts-de-Seine) à 18 ans va au lycée - c'est là donc la première Souterrainiste née dans les années 2000 -, et la joue mélancolique d’hier, avec son beau flow de rap adolescent - « la haine qui se déverse » authentique et sentimentale, posé sur une production standard trouvée sur youtube. On a vu une paire de freestyles sur un tremplin rap de filles sur instagram, et on a bien senti qu’il se passait quelque chose d’assez prometteur.

En 10, on retrouve une chanson "la tête entre les genoux" de PERRINE EN MORCEAUX, en mode cloud et cul et avec une mélodie de mièdéviste.

Et puis voilà enfin du reggae trappe digitale, DEBBIE SPARROW de Neuilly-sur-Marne (93, la Seine-Saint-Denis). C'est extrait d'un album de l'hiver dernier - ce mois-ci sort un EP - Debbie Sparrow s'active. Celle-ci chantait d'ailleurs le 26 avril à la Bellevilloise, à Paris où chantait aussi YEUZE LOW (Marseille), qu’on a fini par croiser après l’anniversaire de Mohamed Lamouri au Zorba, ce même soir-là. Il cherchait avec 2 amis marseillais un club pour continuer la nuit. On discute on écoute et dès le lendemain on admire la radicalité du son, bon sang. Et ce synthé G-funk oriental qui ne démarre qu'à 2’30...

On ne sait pas grand chose du Lyonnais PAOLO FRANCO (18 ans). On a l'impression qu'il a un authentique héritage pop sur les épaules, mais on n'est pas sûr. Ce que l'on sait, c'est qu'il enregistre très souvent des chansons la nuit et notamment une qui donne dans l’eurodance dans une esthétique garage lo-fi du début des années 2010 - il chante Marseille vrai : « je rentre d'un stage de menuiserie que j'ai fait dans le jura, c'était 7h30-18h à porter des poutres en frêne sur des chantiers de campagne, ça n'a pas moins ni plus de valeurs que de passer des nuits seul à produire ce qui ne se produira pas sans toi". On suggère de le suivre sur instagram, où il excelle en natures mortes.

Eurodance toujours, mais d’après la mort, celle des goths fluo de Bordeaux, DAISY MORTEM. Avant, ils chantaient L’amour, le SIDA, maintenant c’est L’accident est inévitable : une voix ultra-new-wave, des prods ultra-radicales, bref, il fallait bien la grâce du nouvel Orphée de JEAN FELZINE (Paris) pour survivre à ça. Le voici, en parallèle à l'enregistrement d'un nouveau Mustang, en prémisse d’un maxi de rentrée.

PEDRO KOUYATÉ nous a découvert grâce à Mohamed Lamouri – comme lui il a chanté dans le métro, mais lui a joué à l’Olympia aussi. Sa Marassa est vraiment une chanson originale carrément hybride, celle d’un Africain de Paris qui unit l’art des conteurs et celui des danseurs, comme la griot de Giorgio Morroder.

D’habitude, BOBUN FOREVER (Orléans), issu du prolifique Tricollectif (tricollectif.fr) envoie le bois dans l’hybridation des genres : pop, rave, world, et jazz fusion. Ici c’est dans une ode rurbaine au farniente du matin qu’on découvre le pouvoir sentimental d’un saxophone.

Même constat pour la slap-basse de SUZANNE LÉO (Montreuil / Toulouse), qui, « à demie dans tes bras » balance en mode minimal et radical une chanson d’amour bien tendue. On l’a d’abord entendu une bribe sur une vidéo vite-fait sur les réseaux. Le style et la mélodie ont tout accroché.

SOHAÏB a 28 ans, est né au Maroc, a grandi sur Toulouse, et depuis 3 ans vit entre la Bretagne et Paris. After party est sa première chanson – et l’on y entend des airs de Chaton.

Initialement écrite pour une autre, Je nage sur le dos d'ALEXANDRE BARBERON (Montreuil) est un enregistrement tel quel, qui permet d'assouplir l'attente du prochain disque d'Arnaud Fleurent-Didier.

LEM (Bruxelles) avait joué un joli tour à la chanson avec son Mehr Licht placé en playlist de France Inter. Mauvais coton jouit de la trompette de Luc van Lieshout (Tuxedomoon) ce qui est plutôt un joli coton.

On a déjà hébergé un Train Fantôme (de Lyon, plutôt folk minimal souterraine.biz/album/man-meur), ce TRAIN FANTÔME-ci (Paris) déboule à trois métalos-rappeurs avec un titre plutôt injonctif.

On annonce enfin pour l'automne le premier album de CORTE REAL (Papeete, Tahiti), produit au studio CBE. Pays Vaincu est le premier extrait de Pays Vaincus, et on éprouve la fierté d'en avoir inspiré le titre (cf. souterraine.biz/album/pays-vaincus)

credits

released June 20, 2019

license

all rights reserved

tags

about

La Souterraine La Souterraine, France

French & francophone pop underground.

contact / help

Contact La Souterraine

Streaming and
Download help

Redeem code